repas sain et calme

Découvrez ci-après mes clés pour partager des repas sains et équilibrés avec vos enfants, dans le calme, dès le plus jeune âge.

1- Se soustraire à la pression des “autres”

Manger est un besoin vital, au même titre que boire. Dès la naissance de notre bébé, nous n’avons souvent qu’une crainte, véhiculée la plupart du temps aussi bien par le corps médical que par notre entourage, conjoint compris : celle que notre nouveau-né ne mange pas assez. Qu’il ne tète pas assez et par conséquent ne se développe pas suffisamment. Quelle pression se met-on soit même, allant (et je l’ai fait avec mes deux jumelles prématurées) jusqu’à peser bébé après chaque repas… Je ne nie pas qu’il puisse y avoir des soucis d’alimentation dès le plus jeune âge. Mais ils sont minimes. Et pourtant, quel poids ne met-on pas sur nos épaules et les leurs, parce que ne l’oublions jamais, nos enfants sont de véritables éponges émotionnelles…

Bien souvent pressées qu’ils prennent du poids, nous, mamans nourricières, cédons à l’appel des sirènes du marketing (et parfois aussi aux recommandations de nos pédiatres) et diversifions bien trop vite l’alimentation de notre nouveau-né. Laissons-lui le temps, le temps de nous observer, le temps de découvrir les goûts et les textures, d’imiter. De participer à nos repas, de s’en faire une joie, sans pression. Ecoutons nos instincts, observons nos enfants, faisons-nous confiance. Evitons la pression de l’entourage, et ce dès l’allaitement !

2-Permettre à bébé de développer son goût, dès sa naissance

Si vous allaitez, n’hésitez pas à manger de tout (sauf allergies déclarées de votre bébé, il va sans dire!). Les différents goûts passeront dans votre lait et c’est ainsi que bébé découvrira différentes saveurs salées, sucrées, épicées… A titre d’exemple, j’ai toujours mangé de tout en allaitant, notamment un certain fromage de brebis à pâte persillée d’origine aveyronnaise (il se reconnaîtra 😉 et comme par hasard, mes enfants sont de grands mangeurs de ce type d’aliment ! De même, mes ainées, allaitées alors que je vivais au Niger, ont une certaine appétence pour les plats épicés…

Transmettre le goût grâce à l'allaitement

3 – Laissez bébé partager vos repas

Lorsque bébé grandit, n’hésitez pas à le mettre à table avec vous, sur vos genoux si vous appréciez, et observez-le regarder avec attention et envie un aliment. N’hésitez pas à le laisser téter certaines saveurs, ne serait-ce qu’une goutte, s’il en montre l’envie. Il saura vous aiguiller, faites-lui confiance – et faites-vous confiance!

Essayez de partager au maximum les repas avec bébé, avec vos enfants en général. Installez-vous au moins avec lui, quand il est plus petit, en lui permettant de manger seul au maximum, sans l’aider. Vos enfants ont besoin de sentir le plaisir du repas, qui ne doit jamais devenir une contrainte.

4 – Permettez à vos bébé de manger seul au maximum

Dès qu’il tient assis, laissez-le toucher les aliments, présentez-lui divers fruits et légumes qu’il puisse manger seul. Laissez-le, si vous n’êtes pas fan de la diversification menée par l’enfant, toucher sa purée, lâchez prise sur la propreté! Permettez-lui de prendre du plaisir avec la nourriture.

5 – Variez …

…les couleurs, les consistances, essayez les épices, les assaisonnements. Osez les mélanges.

Une cuisine simple et en couleur

6 – Laissez vos enfants participer aux courses alimentaires

Dès que possible, faites participer votre tout petit aux courses, notamment au marché ou dans de petites boutiques spécialisées (plus facile que les grandes surfaces pour gérer les crises émotionnelles qui pourraient se présenter au vu d’un trop grand nombre de tentations – nous en parlerons dans un prochain article). Laissez-le choisir ses fruits, ses légumes notamment. Donnez-lui à voir toutes ces couleurs, sentir toutes ces odeurs.

7 – Initiez vos enfants à la cuisine

Associez-les très tôt à la cuisine, même si tout devient alors plus long et que votre plan de travail est sans dessus dessous. Un enfant mangera toujours beaucoup plus volontiers ce qu’il a participé à préparer, SA création! Apprenez-lui les goûts (sucré, salé, amer, acide, aigre, épicé…). Partagez avec lui vos passions, vos connaissances – un enfant enregistre tout, même si vous n’en avez pas l’impression.

8 – Privilégiez une cuisine simple et saine

Cuisinez simplement, sans sel, sans sucre ajouté, mais avec d’autres condiments qui permettent de varier les plaisirs et les couleurs. Préparez des repas simples avec des produits de qualité – c’est à dire des fruits et légumes de saison cultivés au moins de manière raisonnée ou bio, à minima sans pesticides, sans OGM. De la viande locale, si vous en mangez, de bonne qualité, dont vous connaissez la provenance. Evitez à tout prix les produits transformés – et lorsque vous le faites, vérifiez leur composition, car beaucoup contiennent encore trop de sucre ou de sel notamment.

Privilégiez des produits simples, de saison

9 – Et surtout, lâchez-prise !

C’est le secret de repas réussis avec vos enfants. Laissez votre bébé, puis votre enfant, manger tranquillement. Sans bataille. A de rares exceptions près, un enfant que l’on n’aura pas bridé ni forcé saura manger à satiété. S’il n’a pas faim, ne le forcez pas. S’il n’apprécie pas un plat, ne le forcez pas. Réintroduisez le même aliment plusieurs fois de suite, sous divers aspects, différentes préparations, en vous amusant. Si ça bloque, n’insistez pas. Il y reviendra un jour. Faites confiance, à lui comme à vous.

N’hésitez pas à partager vos astuces en commentaire. Si vous avez d’autres questions, non traitées dans cet article, je me ferai un plaisir de vous répondre ci-dessous 🙂

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager :-)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

0 commentaire

Vous avez aimé cet article ? Laissez-moi un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :