Avez-vous déjà regardé la composition des produits de soins pour bébé ? Pour jeunes enfants ? Pour vous-même ? Vous serez surpris ! Et je ne parle pas des produits de supermarché, mais j’inclus également ceux distribués en magasins spécialisés, en parapharmacie – voire en boutique bio. Ou, mieux encore, en maternité – vous savez, dans la fameuse « boîte rose » ou « boite bleue » offerte pour toute naissance ? Cette prise de conscience m’a amenée à vérifier mes achats, à les modifier, puis également à essayer de faire “au plus simple”. Au plus proche de la nature. A consommer autrement. A sensibiliser mes enfants. Un geste pour la santé de ma famille comme pour celle de la planète.

Cet article participe à l’évènement inter-blogueurs “Mon geste pour la planète” du blog mes premieresruches.com. Découvrez d’autres gestes concrets pour préserver notre planète sur www.mespremieresruches.com

Prendre conscience des produits que l’on utilise

Pendant longtemps, je ne me suis pas posé beaucoup de questions sur les soins corporels, les miens comme ceux de ma famille. Pensant que, s’ils étaient recommandés par des professionnels de santé, vendus en pharmacie, au rayon bébé, les produits cosmétiques estampillés “pour bébé” étaient forcément bons pour mes enfants.

Notre peau absorbe ce que nous lui mettons dessus

Puis ma vision a changé, lorsque j’ai un peu creusé. Lorsque j’ai commencé à me méfier du marketing, quel qu’il soit. Le nombre d’ingrédients inscrits sur les produits cosmétiques, leurs noms barbares, l’impact de tout ceci sur notre environnement, sur notre santé, sur l’avenir de notre planète… Soyons honnête, ma première préoccupation a été de penser à la santé de ma famille. La mienne, celle de mes enfants. C’est d’abord un geste assez égoïste, c’est vrai. Mais qui est, finalement, aussi un geste pour la planète. A mon petit niveau : ne plus polluer l’eau, les sols, avec tous ces ingrédients toxiques pour notre environnement tels que les silicones, les parfums de synthèse,etc.

Rappelez-vous que tout ce que vous mettez sur la peau, la vôtre ou celle de vos enfants, ne reste pas uniquement en surface. Les ingrédients pénètrent, sont absorbés et peuvent arriver jusqu’à notre sang… Et tenez-vous bien : d’après une étude anglaise, les femmes « occidentales » appliqueraient chaque jour près de 500 produits chimiques sur leur corps…

cosmetiques

Par ailleurs, la peau des bébés est plus poreuse que la nôtre. Et, contrairement aux idées reçues, les produits pour le soin des enfants ne sont pas plus sûrs pour leur santé. En 2015, l’ONG Women in Europe for a Common Future (WECF) a passé au crible 341 produits cosmétiques pour bébés, vendus en France dans les pharmacies, parapharmacies, supermarchés, mais aussi les magasins biologiques. Sur la base des études scientifiques et des évaluations des autorités sanitaires de l’Union européenne (comité scientifique pour la sécurité des consommateurs, SCCS) et française (Agence nationale de sécurité du médicament, ANSM), les ingrédients compoosant ces produits ont été classés en trois catégories. La première identifie les composants à “risque élevé”. La deuxième comprend ceux à “risque modéré” et la troisième, ceux à “risque faible ou non identifié”. Résultat ? Environ 87% des produits étudiés sont composés d’ingrédients à “risque élevé”.

Enfin, selon une étude de Que Choisir en 2021, plus de 85 produits dédiés aux bébés et enfants renfermeraient des substances à risque telles que des perturbateurs endocriniens ou des allergènes.

Le BIO, une bonne alternative mais des labels parfois trop illisibles

J’ai donc commencé par me diriger vers le “bio”. Parce qu’un certain nombre d’ingrédients y sont proscrits : les parfums de synthèse, les huiles minérales non biodégradables, les colorants de synthèse, les ingrédients obtenus par le biais de procédés non respectueux de l’environnement… Parce qu’il me semblait que le bio était forcément “mieux” – et je le pense toujours. Que consommer BIO, c’était faire un vrai geste pour la planète.

Néanmoins, aucune réglementation, en France ou en Europe, ne définit à ce jour la caractéristique BIO d’un cosmétique. Des logos permettent de se repérer sur le degré d’engagement BIO d’un produit. Ces logos se réfèrent à des cahiers des charges dont les exigences diffèrent. Parmi les plus souvent rencontrés :

  • ECOCERT : le référentiel de ce label exige au moins 95% d’éléments naturels, 95% des ingrédients végétaux doivent être issus d’une culture BIO et 10% du total des composants doivent être d’origine BIO.
  • logo COSMEBIO : atteste que le produit a été certifié BIO par Ecocert, Qualité France, Cosmos…
  • mention COSMOS ORGANIC sous un autre logo : atteste que le produit a été jugé sous ce nouveau référentiel européen qui garantit depuis 2017 (sauf pour les savons et les shampoings) que 20% du total des composants sont issus de la culture BIO.
  • NATRUE : ce label allemand garantit un minimum de substances naturelles. Trois niveaux de garanties, à consulter sur leur site : une garantie “naturelle”, sans exigence BIO / une garantie 70% des produits naturels sont issus de la culture BIO/ une garantie 95% des produits naturels sont issus de la culture BIO.
  • NATURE & PROGRES : cette mention n’exige pas de % minimum BIO, mais donne la garantie que tous les ingrédients végétaux sont issus de la culture BIO.

Il est ainsi parfois assez fastidieux de s’y retrouver...même si je continue de penser qu’un cosmétique BIO sera toujours mieux (ou “moins pire”, comme dirait Mademoiselle 4 ans 1/2) qu’un soin sans label. Que c’est un geste pour la planète, aussi petit soit-il. Soyez néanmoins conscient que le BIO garantit l’origine des produits, non pas leur inocuité. Par ailleurs, certains n’hésitent pas à utiliser les mots BIO ou NATUREL simplement pour faire vendre, parce que le BIO fait vendre. Soyez donc vigileant ! L’industrie du BIO est en forte croissance : en 2019, 60 millions de consommateurs indiquait ainsi que l’offre certifiée BIO avait augmenté de 55% en GMS (grande et moyenne surface).

Se rapprocher de la simplicité, un geste pour sa santé et pour la planète

Au-delà de l’origine des ingrédients, j’ai aussi choisi de changer ma consommation.

Limitez au maximum les emballages

En premier lieu, BIO ou NATUREL ne limitent pas forcément l’impact en termes d’emballages ; votre geste pour la planète n’est ainsi pas “complet”. J’essaie donc de privilégier, parmi les produits finis que j’utilise pour l’hygiène de la famille, des savons solides les plus simples possibles, des shampoings et dentifrice solides, une pierre d’Alun pour le déodorant…

Utilisez les ingrédients les plus simples possible

J’ai également commencé à n’utiliser pour moi et ma famille que des produits purs, non transformés, naturels et BIO quand celà est possible. Je n’hésite pas à m’approvisionner en rayon alimentaire, où les huiles font souvent moins chères qu’en rayon cosmétique :

  • l’huile de coco : très riche en acides gras essentiels, en acide laurique et en acide myristique, elle a des propriétés nourrissantes et réparatrices. Elle est très facilement absorbée par la peau. Possédant certes un indice comédogène élevé (qui peut amener à boucher les pores), son impact sur les pores n’est pas une conséquence pour toutes les peaux. Essayez-la, testez-la. Elle est également excellente en masque pour les cheveux secs, bouclés.
  • l’huile de ricin : au top en masque pour réhydrater les cheveux. excellent anti-cernes également.
  • le beurre de karité pur : mon préféré. Il est hydratant, protecteur, régénérant. Il protège également des UV. Attention, tous les beurre de karité, même vendus en boutique BIO, ne sont pas purs…
  • l’huile d’avocat, super pour les peaux sèches ;
  • des macérats huileux de fleurs faits maison, tels que le macérât huileux de pâquerettes.
  • l’argile...
  • les huiles essentielles, pour enrichir mes huiles : l’HE de Germanium rosat ou de Géranium Egypte (effets toniques, purifiants et réparateurs, anti âge), l’HE de Palmarosa (super pour les peaux sèches), etc.
huile-coco-geste-planete

Mon truc ? Utilisez les produits naturels et purs issus de la nourriture. Ceux que vous pourriez manger sans aucun risque. Et souvenez-vous : le plus simple sera (presque) toujours le meilleur. Un excellent test est aussi celui du parfum d’un produit. Vous savez, ces produits qu’on adoooore parce qu’ils “sentent le bébé” ? Fuyez-les ! Si ça sent bon, il y a peut-être bien des parfums synthétiques dedans. Même s’il est estampillé « naturel ».

Des soins simplifiés pour le bébé

Les soins du siège

Lorsque Mademoiselle 4 ans 1/2 est née, j’avais déjà bien amorcé ce virage vers une consommation plus saine et meilleure pour ma santé comme pour la nature.

Pour les soins du siège, le plus simple est également le plus sûr et le plus efficace : l’eau et le savon pour nettoyer. Le savon naturel nettoie et désinfecte. Savon de Marseille, savon de Castille…pour autant que vous contrôliez sa vraie provenance ! Pensez à passer un peu d’huile de coco tiédie, avec un carré de coton BIO (fait maison) pour nettoyer les premières selles (le méconium) de votre nouveau-né.

Beaucoup utilisent le liniment, fait maison ou non, pour netoyer le siège : sachez néanmoins que ce mélange d’huile et d’eau de chaux ne nettoie pas.

Si votre bébé est sensible à l’érythème fessier, vous pouvez lui préparer la crème suivante. Pour 125 ml d’huille de coco, utilisez 125 ml de beurre de karité, 1 cuillère à soupe de billes de cire d’abeille. Faites fondre le beurre de karité, l’huile de coco et la cire d’abeille  au bain marie. Retirez du feu avant ébullition. Puis ajoutez les ingrédients optionnels (huile essentielle notamment, ou poudre d’oxyde de zinc) en continuant de mélanger. Si possible, battez au mixer environ 10 minutes, jusqu’à obtention d’une texture crémeuse. Mettez en pot. Vous pouvez rajouter quelques gouttes de vitamine E pour une meilleure conservation. Attention aux huiles essentielles, toutes ne conviennent pas aux jeunes bébés. Une autre option : laissez le plus souvent possible votre bébé … les fesses à l’air libre !

huile-simple-pour-bebe

Pensez également aux lingettes maison, qui seront bien utiles pour les balades, les sorties, les invitations chez les amis. Bref toute occasion où vous n’aurez pas votre savon avec vous. Préparez des lingettes en enfermant dans une boite type tupperware quelques carrés de coton préalablement trempés dans l’eau savoneuse. Prévoyez un petit contenant pour les lingettes sales. Pas de déchets, tout est lavable : un vrai geste, et simple, pour notre planète !

Pour éliminer les éventuelles croûtes de lait du crâne de votre bébé, l’huile d’amande douce ou l’huile de coco sont particulièrement efficaces. Pensez ainsi à masser délicatement les croûtes avec de l’huile (ou avec du lait maternel, très utile aussi !). Ce qui les ramollira avant qu’elles ne tombent.

Pour ces moments magiques et ressourçants du massage bébé, utilisez l‘huile de coco : une noisette de produit solidifié entre vos mains, de la douceur, et c’est parti ! Vous pourrez également employer cette huile comme premier dentifrice de votre bambin, ou encore pour soulager ses poussées dentaires.

Le cas des crèmes solaires

Les crèmes solaires, quelles qu’elles soient, ne devraient pas être appliquées aux enfants avant 6 mois. Certaines crèmes solaires contiennent également des ingrédients connus pour être potentiellement cancérigènes. Alors méfiez-vous ! Et pensez aux trucs suivants pour vous protéger des méfaits du soleil (attention, il a AUSSI des bienfaits!) :

  • la nourriture : privilégier les aliments riches en carotène tels que les légumes à feuilles sombres, les fruits jaune-orange, les carottes, les abricots…Les œufs également, de même que la spiruline.
  • une exposition régulière et modérée au soleil, en plus de vous apporter la salvatrice vitamine D, habitue également progressivement la peau.
  • utilisez une crème dont les ingrédients principaux sont des minéraux, tels que l’oxyde de zinc.
  • évitez les expositions en plein soleil sans se couvrir et en préférant les vêtements protecteurs et autres chapeaux aux crèmes.
  • préparez vous-même votre crème solaire. Ingrédients : 125 ml d’huile d’olive, 60 ml d’huile de coco, 60 ml de cire d’abeille, 2 cuillères à soupe de beurre de karité, 2 cuillères à soupe d’oxyde de zinc. Faites fondre les huiles dans un bol au bain marie avec le beurre de karité et la cire d’abeille. Laissez ensuite refroidir jusqu’à atteindre la température ambiante. Mélangez au batteur l’oxyde de zinc, en faisant bien attention de ne pas respirer les vapeurs. Stockez dans un récipient en verre dans le réfrigérateur. Attention, elle n’est pas résistante à l’eau !

Une pharmacie plus naturelle pour les petits bobos du quotidien, un geste pour votre santé et pour la nature 

L’eau et le savon sont de parfaits désinfectants pour les plaies. Oui, “ça piiiiique”. Mais c’est efficace, bien meilleur que tous les désinfectants pour notre environnement, et très peu cher !

De même, l’huile de coco, qui posède des propriétés anti-bactériennes, peut également être utilisée sur les petites plaies, en prévention des infections. Pensez également au miel, cicatrisant et anti-inflammatoire, sur certaines petites brûlures.

Enfin, au printemps, pensez aux vertus des plantes du jardin. Rien de mieux qu’une feuille de plantain écrasée dans la main pour soulager les fréquentes piqûres d’orties ! Faites des gestes pour la planète, la planète en fera pour vous 🙂

plantain

En résumé, allez vers le plus simple – c’est souvent le mieux, pour votre santé, pour notre planète. Pas besoin de milliers d’ingrédients pour se laver ou s’hydrater. Ici encore, sachez écouter votre instinct au lieu des sirènes de la consommation. Soyez aussi à votre écoute, sans que ça devienne une corvée en plus qui vous empêche d’être pleinement avec vos enfants…Pensez aux gestes les plus simples, vos petits gestes du quotidien pour la planète. Sans vouloir à tout prix trop en faire. J’ai ainsi utilisé des couches lavables seulement en alternance avec des jetables. Même si je sais que ce n’est pas le « must », ni pour la planète, ni pour nos bébés – mais avec 6 enfants, à un moment donné, il faut prioriser.

Et vous, quel est votre petit geste du quotidien pour la planète ? Comment prenez-vous soin de vous et de la planète? Dites-le moi en commentaire !

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager :-)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Catégories : Bien êtreNature

3 commentaires

Valerie · 20 mai 2021 à 13:01

Très très très utile! Merci pour l’article, je le mets en favori 😉

Votre geste pour aider les abeilles et la planète ? Comprendre l'abeille · 20 mai 2021 à 17:27

[…] Je vous invite à lire son article pour découvrir le constat qu’elle a fait sur la nocivité … […]

Vous avez aimé cet article ? Laissez-moi un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :