Dimanche, c’était Pâques. Un merveilleux week-end de Pâques en famille, de retrouvailles avec tous mes enfants pour mon anniversaire, dans un lieu paradisiaque. Deux jours plus tard, Mademoiselle 4 ans se faisait opérer. Une opération bénigne, certes, mais nécessitant une anesthésie générale. De quoi m’inquiéter un peu. J’aurais pu (et j’ai failli) passer ce week-end à anticiper cette hospitalisation. M’empêchant ainsi de vivre les joies intenses de l’instant présent. De savourer ces merveilleux moments. Mais j’ai choisi de vivre l’instant présent, en pleine conscience. D’être connectée au présent. Plus compliqué que ce qu’il parait… Mais au fait, c’est quoi, vivre l’instant présent ? Vous voulez en savoir plus ? Alors lisez la suite !

Se connecter à l’instant présent, c’est quoi ?

La pleine conscience est un concept ancien. Qui n’a jamais entendu le fameux “Carpe Diem“, qui date du 1er siècle avant J.-C.? Ronsard au 16ème siècle proclamait également « Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie ».

Dans les années 70, on interprétait plutôt cette expression comme “vivre au jour le jour“, sans se soucier de demain. Depuis les années 90, vivre l’instant présent est synonyme d’être présent à soi, à ce qui a lieu ici et maintenant. De vivre en pleine conscience.

Se connecter à l’instant présent, c’est se recentrer sur le moment présent. Profiter de ce qui est. Re-donner de la valeur au présent, dans une société où l’on avance toujours à 100 à l’heure.

D’après Eckhart Tolle, c’est en vivant dans l’instant présent que nous accédons à ” un état de grâce, de légèreté et de bien-être “.

Rien ne s’est jamais produit dans le passé : cela s’est produit dans le présent. Rien ne se produira jamais dans le futur : cela se produira dans le présent.

Eckhart Tolle – Le pouvoir du moment présent

Attention, vivre le moment présent ne signifie pas se transformer en hédoniste se suffisant de plaisirs immédiats. C’est se concentrer sur ce que l’on fait, aujourd’hui, où l’on est. C’est profiter des beautés des Alpes, chanter et danser avec mes enfants, admirer le chat dans l’entrebaillement de la porte sans penser à l’opération de Mademoiselle 4 ans prévue deux jours plus tard. Parce qu’anticiper ne changera rien, au contraire.

C’est aussi lâcher-prise. C’est accepter la situation telle qu’elle est. Accepter une personne sans vouloir la changer. S’accepter soi-même. Ne pas résister. Ne pas se changer. Ainsi en parentalité, c’est accepter que dans une situation particulière, vous ne cocherez pas toutes les cases de la parentalité positive parce que la situation est telle qu’elle est. Parce que vous êtes la personne que vous êtes.

Le quatrième accord Toltèque, “Faites toujours de votre mieux“, est aussi une manière de valoriser l’instant présent. Il équivaut au lâcher-prise : en lâchant prise, on vit le moment tel qu’il est. En l’acceptant. En s’acceptant soi-même, en suivant ses envies, en faisant de son mieux.

Vivre l’instant présent, c’est ne pas laisser votre esprit vagabonder. Je l’avoue, c’est parfois très (très) compliqué quand, comme moi, vous avez un mental hyper actif….Mais si vous voulez vivre l’instant présent, il est nécessaire de déconnecter le mental de la personne que vous êtes vraiment. Car c’est ce mental qui vous empêche de vous connecter ici et maintenant. De suivre votre instinct.

C’est aussi éliminer les regrets du passé, la peur de l’avenir.

Comment y parvenir ?

C’est bien joli tout ça, mais comment faire me direz-vous?

En acceptant de lâcher-prise, c’est à dire en acceptant une situation, un évènement, une personne tels qu’ils sont.

En se concentrant sur ici et maintenant. Pour vous connecter au présent, concentrez-vous sur ce que vous faites. Ici et maintenant. Que ce soit le ménage, les courses, une balade à cheval…

connectés-instant-présent
Se connecter à l’instant présent avec tous ses sens

En vous arrêtant pour respirer, posément, calmement. Quand tout va trop vite, quand vous sentez votre mental vagabonder, le passé et le futur trop présents, stoppez tout. Posez-vous pour prendre une grande inspiration. Au besoin, fermez les yeux (non, pas si vous êtes au volant !). Concentrez-vous sur votre respiration, ce qui vous permettra de vous recentrer sur votre corps. De stopper net toutes divagations du mental. De ressentir le moment présent.

En prenant le temps et en disant stop à la course folle. La course au confort matériel, la course aux projets. Prenez le temps d’observer.

En observant. Vos enfants qui jouent, la nature qui s’éveille, le chat qui s’étire. Ré-apprenez à apprécier le moment présent, à le savourer. Observez avec tous vos sens en éveil : sentez, regardez, écoutez…

Réapprenez également à dire merci, à la nature, à qui vous voulez, mais dites merci. Merci pour ce que la vie vous offre, là, maintenant. Ces journées en famille, le soleil qui se lève sur les montagnes encore enneigées, la joie de Mademoiselle 4 ans avec ses frères et soeurs. Petit exercice pratique : notez, dans un petit cahier spécial, chaque jour, lorsque vous y pensez, une chose, un évènement de la journée qui vous réjouit. Au moment où il vous réjouit.

Vivez dans le présent, sans vous projeter sans cesse dans l’avenir. Oui je sais, c’est compliqué dans notre société qui prône la course folle à l’accumulation de biens. Et difficile lorsque l’on est parent, avec une maison à faire tourner. Anticiper est parfois indispensable. Mais acceptez la situation. De même, n’ayez pas de regrets, le passé ne vous fera pas avancer.

Vivre, c’est vivre pleinement dans l’instant présent, c’est faire face à ce qui est, à la réalité. 

Jiddu Krishnamurti – Face à soi-même (2011)

Habitez votre corps dans le présent. Ressentez-le. Observez qui vous êtes, prenez de la hauteur pour vous observer de l’extérieur. Sentez vos points de tension. Soyez conscient de toute votre personne, tout votre être. Accueillez vos émotions, vivez les. Observez vos pensées pour être présent à ce qui se passe en vous. Sans les juger. Essayez de faire la distinction entre vos pensées, qu’Eckhart Tolle appelle votre mental, et la personne que vous êtes vraiment. 

Posez-vous régulièrement la question suivante : « Pour quelle(s) raison(s) je réagis ainsi ? ». Le monde extérieur ? Le passé ? La peur de l’avenir ? Une personne en particulier? Essayez d’être conscient de ce qui mène vos pensées, puis vos actions – les deux étant très souvent liés.

Ainsi, se connecter à l’instant présent, vivre en pleine conscience, c’est tout d’abord vous observer pour vous connaitre. Vous accepter, accepter les situations et les personnes sans vouloir les changer : lâcher-prise. C’est ainsi que vous parviendrez à vous reconnecter à votre instinct, à ce que vous sentez profondément au fond de vous, comme faisant partie de vous, mais qui est souvent écrasé par votre mental. C’est aussi retrouver votre âme d’enfant, cet enfant qui s’émerveille de ce qu’il a quand il l’a. C’est retrouver l’enfant qui est en vous, l’enfant ancré dans le présent. Et retrouver également votre enthousiasme d’enfant, car, selon André Stern, “même devenu invisible à nos yeux, notre enthousiasme est toujours en nous et nous vivons avec lui“.

Parvenez-vous à être dans l’instant présent ? Dites-moi en commentaire quelles sont vos plus grandes difficultés pour être connecté.e au moment présent.

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager :-)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 commentaires

admin2823 · 12 avril 2021 à 20:08

Bonjour, vivre l’instant présent n’est pas évident, surtout dans des situations telles que vous décrivez au début de l’article. Cela semble même impossible. Ces derniers temps j’ai beaucoup à faire et j’ai du mal à me concentrer sur l’instant présent. Heureusement, j’ai mes chats qui m’apportent beaucoup de bonheur et m’aident à le faire !

Votre article est super motivant à s’y replonger et peut-être me reprogrammer une journée de randonnée (qui pour moi est un super outil pour l’instant présent!)

Merci !

    Christel Grataloup Fargeas · 12 avril 2021 à 21:18

    Bon courage ! Effectivement, la randonnée est un bon moyen, pour autant qu’on parvienne à juste être ici et maintenant. Juste observer autour de vous, sentir votre corps – ne pas laisser le mental reprendre le dessus (il m’est arrivé d’à peine voir la merveilleuse nature dans laquelle j’évoluais tellement mon esprit vagabondait pendant dee magnifiques randonnées alpines…)

gaellelavaud · 14 avril 2021 à 15:53

Se fixer dans l’instant est en effet le meilleur moyen de gérer ses angoisses. Merci pour ses bons conseils !

Vous avez aimé cet article ? Laissez-moi un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :