Au-delà de l’instinct qui vous guide, si vous savez vous y connecter, la mise en place d’un « bon » sommeil chez votre bébé puis chez votre enfant demande également une certaine connaissance du fonctionnement du sommeil. Le besoin de sommeil est biologique, le nouveau-né vient au monde en sachant dormir. Mais la capacité à bien dormir, à avoir un sommeil réparateur, s’apprend. Elle est évolutive. Et votre enfant aussi, quels qu’aient été ses débuts dans la vie, sera capable de faire cet apprentissage. Il lui faudra peut-être plus de temps qu’à un autre. Mais il y arrivera, si vous l’y aidez, et si vous n’entravez pas ses besoins vitaux. Aucun de mes enfants n’a dormi 6 heures à la suite avant 9 mois. Et la dernière se réveille encore parfois, avant de sauter dans notre lit. C’est sans aucun doute son apprentissage qui a été le plus long (et pourtant, c’est la 6ème !). C’est elle qui m’a amenée à m’intéresser de plus près à ce sujet. A décortiquer ce processus d’apprentissage pour l’aider – pour aider toute la famille, en réalité ! J’espère ici vous aider à mieux comprendre le sommeil de votre bébé.

S’informer sur le sommeil, une condition nécessaire pour comprendre son bébé

J’ai commencé par tout lire sur le sommeil. Un sujet dont on parle peu aux jeunes parents en général, lors des accompagnements qui ont lieu au cours de la grossesse. Préparation à l’accouchement, oui, positions interdites pour le couchage du nouveau-né, température de la chambre, matériaux autorisés ou interdits dans le lit, check. Mais le sommeil, ses cycles, ses changements, son accompagnement ? Pas vraiment…

Et pourtant, une connaissance du fonctionnement du sommeil et des besoins du nouveau-né en la matière dès la grossesse, une préparation à la mise en place de routines, de rythmes, constitueraient un réel plus au bien-être de bébé et de sa famille. Apprendre à rassurer son bébé, à le calmer, connaître les liens entre le sommeil et les besoins du nouveau-né . Plus tôt vous acquérez ces connaissances , le plus facilement vous pourrez mettre en place les routines les plus adaptées .

L’apprentissage du sommeil commence avant même la naissance. Votre sommeil d’adulte est lui aussi en constante évolution, de manière imperceptible tout au long de votre vie.

Le sommeil évolue également au cours de la nuit : phases de sommeil superficiel alternent avec des phases de sommeil profond. Un cycle de sommeil commence par une « mise en veille », au cours de laquelle le sommeil est très léger. Cette phase est suivie de phases pendant lesquelles le sommeil devient de plus en plus profond (la phase pendant laquelle les stimuli extérieurs ont le plus de mal à vous réveiller). Avant de parvenir au stade de sommeil paradoxal. Celui pendant lequel vous rêvez, au cours duquel votre corps se détend complètement, mais pas votre esprit, très actif.

Si un cycle dure entre 1h30 et 2h chez l’adulte, il n’est que de ¾ d’heure à 1 heure chez un enfant. A la fin de chaque cycle ont lieu des « micro-réveils », qui peuvent aussi se produire au cours d’un même cycle. Par ailleurs, chaque cycle comporte des phases de différentes durée. En début de nuit, le sommeil profond est plus important que le sommeil paradoxal).

Emmailloter votre nouveau-né le rassure

Le sommeil du nouveau-né est adapté à ses besoins vitaux

Le saviez-vous ? Le fœtus démarre son apprentissage du sommeil dès le 3ème trimestre de grossesse. Le bébé in utero passe environ 1/4 de son temps à dormir “d’un sommeil calme” (qui deviendra le sommeil léger à profond). Et 2/3 de sa journée en “sommeil actif” (qui deviendra le sommeil paradoxal). Dormir est un besoin vital, comme manger ou boire : le nouveau-né « sait » dormir. Mais il a besoin de s’alimenter régulièrement pour survivre, d’être rassuré, stimulé. Il ne peut donc dormir trop longtemps sans s’interrompre. Entre 0 et 3 mois, son sommeil ne comporte que deux phases (sommeil actif et sommeil lent), d’environ 1 heure chacune. D’où ses réveils fréquents !

Jusqu’à 3 mois environ, bébé ne fait pas non plus de distinction entre le jour et la nuit. En effet, ses besoins (de s’alimenter, d’être rassuré, d’être stimulé) sont les mêmes au cours des 24 heures. Par ailleurs, contrairement à vous adulte, le cycle de votre nouveau-né peut démarrer directement en sommeil paradoxal. Sans passer par les phases de sommeil lent puis profond. Ce type de sommeil, pendant lequel l’esprit est actif, lui permettrait de mûrir d’un point de vue mental.

Le sommeil du nouveau-né répond à ses besoins

Le sommeil de votre nouveau-né est donc, tout simplement, adapté à ses besoins…Sachez les écouter, y répondre, et ne pas forcer la nature. Un sommeil plus long que nécessaire chez le nouveau-né, induit par une alimentation enrichie par exemple, ou en le laissant pleurer jusqu’à nouvel endormissement sans répondre à ses besoins vitaux, n’aura qu’un impact à très court terme. Oui, il « vous » laissera dormir plus longtemps. Mais ce sera artificiel. Et ça ne l’aidera pas à mieux dormir, à long terme…ni vous! Au cours de ses premiers mois, aidez votre nouveau-né à mettre en place les différentes phases de son sommeil en lui garantissant la satisfaction de ses besoins. C’est à dire : être nourri et rassuré, dans un environnement le plus serein possible. N’hésitez pas à faire de même, profitez de son sommeil pour recharger vos batteries, qui sont aussi les siennes.

Et vous, quels problèmes rencontrez-vous concernant le sommeil de votre bébé ? Auriez-vous besoin d’accompagnement ? N’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous !

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager :-)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

0 commentaire

Vous avez aimé cet article ? Laissez-moi un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :