La réussite à plus long terme de votre allaitement se joue principalement dans les premiers jours post naissance. Si vous souhaitez bien débuter votre allaitement, suivez ces 8 points clés. Des éléments fondamentaux pour simplifier ces débuts, qui m’ont permis de réussir tous mes allaitements, à 24 comme à 45 ans, pour des jumelles prématurées comme pour un bébé à terme de plus de 3,5 kg ! La clé de la réussite : parvenir à suivre votre instinct.

1 – Un allaitement réussi se prépare dès la grossesse

Bien débuter votre allaitement nécessite de bien le préparer. Votre projet d’allaitement peut être hésitant, parce que vous ne voulez pas “abîmer vos seins”. Oui, je vous assure, je l’ai déjà entendu ! Parce que vous ne savez surtout pas si ça va être simple, ce que ça implique. Parce que votre mère ne vous a pas allaitée, votre meilleure amie préfère les biberons, et vous, vous êtes perdue !

Mon conseil : lisez, informez-vous sur internet. Et surtout, parlez-en à votre sage-femme, essayez de rencontrer des personnes spécialisées (conseillères en lactation par exemple). Trouvez la bonne personne, celle qui vous rassurera, saura vous parler à vous. C’est le moment de poser toutes vos questions, y compris celles que vous considérez comme stupides. Un allaitement bien préparé, un allaitement conscient, a beaucoup plus de chances de réussir.

Si vous ne vous êtes jamais posé la question, qu’allaiter votre bébé vous paraît une évidence, parlez-en malgré tout autour de vous. Pour que les personnes qui vous entourent vous accompagnent. Et parce que vous aurez toujours besoin d’une personne autour de vous qui partage vos convictions. Qui sait ce que vous cherchez, et pourra vous accompagner sur votre chemin si certaines questions arrivent après la naissance. Choisissez bien cette personne, elle sera votre personne ressource : une amie, votre sage-femme, votre doula, votre mère.

Physiquement, vos seins aussi se préparent pendant la grossesse. Prenez-en soin, hydratez-les, préparez les aux changements qu’ils vont traverser.

Votre bébé également se prépare : le réflexe de succion est déjà prêt à la naissance.

2 – L’importance de la toute première tétée pour bien débuter votre allaitement

Pour bien débuter votre allaitement, demandez à mettre votre nouveau-né au sein dès qu’il arrive au monde. Ce moment si particulier et riche en émotions représente son premier contact peau à peau avec vous hors de votre corps. Bébé retrouve les battements de votre cœur, si familiers. Vous vous habituez l’un à l’autre, vous vous re-connectez, apprivoisez vos odeurs. C’est la naissance de l’attachement, ce besoin vital.

premiere-tetee
La première mise au sein est essentielle

La plupart des bébés nés sans problème majeur prendront le sein correctement, ce qui commencera à stimuler votre lactation. Si ce n’est pas le cas, ne vous affolez pas. Le peau-à-peau déclenchera vraisemblablement assez vite son besoin de téter. Rappelez-vous qu’un bébé est nourri H24 lorsqu’il est dans votre ventre…

Dès le 3ème trimestre de grossesse, les glandes mammaires sécrètent le colostrum, épais liquide jaunâtre riche en vitamines, minéraux et anticorps. Il constituera la première alimentation de votre nouveau-né.

3 – Soyez bien entourée pour bien débuter l’allaitement et réussir votre projet

Alors oui, l’allaitement peut vous paraître compliqué les premiers jours, si c’est votre premier bébé, si la naissance a été compliquée, prématurée. Si vous avez des images en tête, aussi. Des standards à respecter. Et si vous écoutez trop les autres… Oui, il est important, voire primordial, d’être bien entourée et soutenue. Mais attention, choisissez bien QUI vous entoure, QUI vous souhaitez écouter. Ne vous laissez pas submerger par les conseils, il y en aura de toutes sortes. Si vous savez ce que vous voulez, écoutez-vous. Suivez votre instinct. Ecoutez votre bébé. Bien sûr, demandez de l’aide si vous en ressentez le besoin notamment pour bien débuter votre allaitement. Mais sachez faire le tri et suivre votre idée si vous la savez bonne pour vous et votre bébé.

Alors qu’il était évident pour moi que j’allaiterais mes bébés, la naissance prématurée de mes aînées et leur mise en couveuse quelques jours menaçaient ce beau projet. J’ai heureusement été magnifiquement entourée par les puéricultrices du service, qui m’ont indiqué les techniques de base pour stimuler ma montée de lait, et m’ont surtout appris à me faire confiance. Ce qui m’a non seulement permis de bien débuter mon allaitement, mais également d’allaiter mes filles jusqu’à leurs 10 mois.

4 – Passez le plus de temps possible avec votre bébé, en peau à peau ou en portage

N’hésitez pas à dormir avec votre bébé, à avoir votre bébé au maximum contre vous, afin de stimuler votre lactation et ses tétées. Le cododo est un formidable outil pour bien débuter et faciliter l’allaitement. Mais attention, si vous ne le sentez pas, ne le faites pas ! Ne suivez pas « à la lettre » les recommandations du manuel d’éducation positive que vous avez lu. Sachez vous écouter, vous déculpabiliser si vous ne vous sentez pas « faite » pour certaines recommandations.

Pensez au portage, notamment en écharpe, pour être le plus possible au contact de votre bébé. Ici encore, rapprochez-vous de personnes qualifiées si vous en ressentez le besoin. Vous verrez, on peut tout faire avec son bébé en écharpe : le ménage, la cuisine, des balades revigorantes…et même aller aux toilettes !

le-portage-favorise-lallaitement
De tout temps, le portage a favorisé l’allaitement-Photo by Annie Spratt on Unsplash

Allaitez partout, dès que vous sentez que bébé a faim. Ne retardez pas la tétée parce que vous êtes au parc, dans le bus ou chez l’épicier. Le regard des autres, leur jugement…on s’en moque ! Si montrer vos seins vous gêne, équipez-vous d’un lange, d’une écharpe légère pour vous couvrir. Mais ne sacrifiez en aucun cas au regard critique de quelques-uns la réussite de votre allaitement !

5 – Les douleurs du début de l’allaitement, quand elles ne durent pas, sont “normales”

Ne vous affolez pas si, lors des premières tétées, vous sentez des contractions au niveau de votre ventre. L’ocytocine, une hormone sécrétée quand votre bébé tète, provoque des contractions utérines. Elles vont permettre à votre utérus de retrouver sa forme initiale et éviter les hémorragies.

Vous allez peut-être ressentir quelques douleurs au niveau de votre mamelon (qui, lui aussi, s’adapte et est alors sensible) lors de vos débuts. Comprenez que votre corps entier s’adapte, ce n’est que transitoire. Cet inconfort peut être dû à votre position d’allaitement également : n’hésitez pas en essayer plusieurs et à adopter celle qui vous convient à tous les deux. Encore une fois, votre instinct reste le meilleur conseiller. Toutefois, si les douleurs vous semblent trop importantes, n’hésitez pas à demander de l’aide à une personne de confiance, celle que vous aurez choisie : votre mère, votre sage-femme, votre doula…

6 – La “montée de lait” ou comment vos seins doublent de volume !

Ne soyez pas étonnée de ne pas voir vos seins se transformer et gonfler dès la naissance. Il faudra attendre entre le 3ème et le 5ème jour pour que le lait remplace le colostrum : c’est la fameuse « montée de lait ». Attention, elle peut être impressionnante pour qui n’a jamais vu des seins de nouvelle mère ! Soyez prête à voir vos seins fortement augmenter en volume, gonflés et tendus. Je me souviens encore d’avoir eu l’impression que j’allais littéralement exploser lors de ma première montée de lait après la naissance de mes jumelles, alors en service de néonatologie….J’étais à la fois heureuse “d’avoir du lait”, enfin, alors que je n’avais pu mettre mes filles au sein dès leur naissance – et affolée devant la proportion que prenaient mes seins !

bebe-tete-après-la-montée-de-lait
Première tété après la montée de lait

7 – Laissez faire mère-nature et faites-vous confiance

Pour bien débuter votre allaitement, privilégiez l’allaitement à la demande

Rassurez-vous, au bout de quelques jours (2 ou 3, selon les femmes), tout rentrera dans l’ordre. Vos seins s’adapteront à votre bébé, pour autant que vous le laissiez téter à volonté, « à la demande », dès que votre nouveau-né montre des signes de faim. Sans horaires stricts. C’est en effet la fréquence des tétées qui régulera votre production de lait, qui s’adaptera parfaitement aux besoins de votre enfant et désengorgera vos seins. Plus ils seront stimulés, plus ils produiront – mais pas non plus en sur-quantité. L’offre s’adapte peu à peu à la demande. En général, un nouveau-né tète environ 8 fois par 24 heures : mais ce n’est pas une norme, simplement une indication- ne comparez donc pas !

N’attendez pas que votre bébé pleure pour le nourrir

Observez votre nouveau-né et faites-vous confiance, faites-lui confiance. Vous reconnaitrez très vite les signes montrant que bébé a faim. Sa bouche fait mine de téter, il agite bras et jambes, ouvre les yeux, tourne la tête pour trouver le sein, voire porte ses mains à sa bouche. N’attendez pas qu’il pleure pour vous dire qu’il a faim. En effet, les pleurs sont un véritable signe de détresse, qui signifient qu’il a déjà très faim et est en état de stress. Plus vous attendrez, plus il aura de mal à prendre correctement votre sein.

Une tétée durera…le temps qu’elle durera

Laissez votre bébé téter le temps qu’il lui faudra pour être repu, ne l’interrompez pas – sauf si la mise au sein est trop douloureuse, ou que vous sentez qu’il ne tète pas bien. Les premiers jours, les tétées pourront durer 30 minutes, voire plus – attention, ici non plus, pas de norme ! Avec le temps, il deviendra un expert, vous aussi, et les tétées seront plus efficaces, donc moins longues. Si votre bébé a fini de téter et n’a pris qu’un sein, que le second est tendu, n’hésitez pas à extraire un peu de lait. Soit manuellement en effectuant un massage circulaire de la base de la poitrine jusqu’au centre, soit à l’aide d’un tire-lait. Personnellement, j’ai toujours préféré le faire manuellement 😊. Protégez votre mamelon avec une goutte de lait après la tétée, c’est un cicatrisant très efficace en cas de légère crevasse. De nombreuses crèmes compatibles avec l’allaitement existent dans le commerce en cas de crevasses ou de douleurs trop importantes.

Bébé-sendort-repu-après-la-tétée
Un bébé repu après la tétée, ça ne se rate pas !

Comment savoir si bébé a suffisamment mangé

Vous vous demanderez immanquablement si votre bébé a assez mangé. Vous aurez envie de le peser après les tétées, notamment les premiers jours. On vous a tellement mis en tête que le bébé devait prendre du poids ! Nous sommes toutes pareilles…J’ai encore eu envie de peser ma petite dernière, allaitée comme les 5 autres…Encore une fois, faites confiance à bébé et faites-vous confiance, la nature est bien faite…Plusieurs indices, moins traumatisants que le pèse-bébé, vous rassurerons : le nombre de couches mouillées, au moins une selle (jaunâtre et molle) par jour le 1er mois, il est détendu quand il lâche le sein, vous sentez vos seins se vider…

Et surtout, ne vous affolez pas si, vers sa deuxième semaine, votre bébé réclame plus souvent. Non, votre lait n’est pas moins « bon », ni soudain moins riche. Il s’agit simplement du premier « pic de croissance ». Il s’en produira en général 3 autres – vers 4 à 6 semaines, à 3 mois et à 6 mois. Votre production va s’adapter – mais il est probable que vous vous en trouviez plus fatiguée.

8 – Prenez soin de vous

Pour bien débuter votre allaitement, comme pour sa poursuite dans les meilleures conditions, pensez à vous reposer, à vous hydrater. Buvez beaucoup, en laissant de côté les excitants (autorisez-vous une petite tasse de café ou de thé de temps en temps, si elle vous fait vraiment plaisir).

Mangez à votre faim, ne pensez surtout pas à vous mettre au régime pour perdre vos kilos de grossesse, si vous en avez en trop ! Vous avez besoin de ressources pour nourrir votre enfant. Mangez principalement des aliments sains et variés. Vous permettrez à bébé de développer son goût. Observez toutefois tout comportement nouveau de votre bébé (douleurs apparentes, gaz, bébé se tortille après la tétée…), qui pourrait être lié à ce que vous mangez. Les intolérances, notamment aux protéines de lait de vache, aux oeufs ou au gluten, peuvent se signaler chez votre nouveau-né. Il vous faudra alors exclure ces aliments de votre alimentation. Dur dur pour les amatrices de fromages 🙂

mangez-sainement-pendant-votre-allaitement
Mangez à votre faim et sainement

Prenez soin de vous, reposez-vous en même temps que bébé, voire avec lui pour continuer à stimuler cette lactation et à développer son attachement. Vous le sécuriserez et votre fatigue sera moindre. Lâchez prise sur le ménage, déléguez les tâches ménagères, les repas. Ecoutez-vous, encore et toujours. Sachez répondre à vos besoins comme à ceux de votre bébé. Et tout ira bien.

Ce qu’il faut retenir, c’est que la nature est bien faite. Les femmes ont allaité leurs bébés depuis la nuit des temps, sans manuel de survie, simplement en suivant leur instinct et en s’entourant des personnes de confiance, expérimentées et surtout, rassurantes. Si vous suivez vos instincts, vous aussi réussirez vos débuts dans l’allaitement, qui conditionnent sa poursuite à plus long terme.

N’hésitez pas à partager cet article s’il vous a été utile. Et à poser les questions que vous souhaitez en commentaires 🙂

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager :-)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Catégories : MaternageNature

0 commentaire

Vous avez aimé cet article ? Laissez-moi un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :